Réflexion sur le survivalisme …

L’économie mondiale au plus mal, catastrophes naturelles sans précédent font les gros titres de la presse depuis quelques temps.
Certains voient cela de loin, d’autres, au contraire, prennent ça très au sérieux en se préparant de diverses façons: le survivalisme.

Pour citer Wikipédia sur le survivalisme:

Le survivalisme est un terme qui désigne les activités ou le mode de vie de certains groupes ou individus qui veulent se préparer à une hypothétique catastrophe locale ou plus globale dans le futur, une interruption de la continuité sociétale ou civilisationnelle au niveau local, régional, national ou mondial, voire plus simplement à survivre face aux dangers de la nature. Les survivalistes se préparent en apprenant des techniques de survie et des rudiments de notions médicales, en stockant de la nourriture, en construisant des abris, ou en apprenant à se nourrir en milieu sauvage. Le survivalisme est devenu une sous-culture présente dans le cinéma, la littérature ou la bande-dessinée.

Tout est dit !!!

J’ai visionner les deux saisons de Familles Apocalypse, une série réalité sur des familles américaines qui se préparent aux pires scénarios catastrophes.
Au départ, c’est assez hallucinant de voir les dispositifs mis en place, les stocks de nourriture colossaux, les bunkers tout confort et j’en passe. Au fil des épisodes, on fini par se demander si finalement ces gens n’ont pas raisons d’avoir cette notion de survie, même si pour beaucoup d’entres eux ça tourne à l’obsession.

C’est vrai que depuis un moment entre les ouragans, les tornades, les tsunamis et tremblements de terre, l’incident de Fukushima, l’économie qui s’effondre, faut peut être se poser des questions.
Eux, se les ont posées il y a longtemps…

Après avoir vu tout ça, c’est moi qui me suis posé pas mal de questions. Des questions sur la pertinence de se « lancer dans le survivalisme », sur les sommes à engager, les « formations de survie », l’impact psychologique de « vivre dans l’attente d’un événement », etc.

La pertinence du survivalisme peut sembler indispensable mais en prenant du recul, j’y crois un peu moins.
Prenons l’exemple d’une famille qui se prépare à l’arrivé d’une série de tornades de niveau 5. Partons du principe que se préparer à ce type d’événement précis impose un abris sous terrain avec stock eau et nourriture pour quelques temps.
Dans la théorie, ça fonctionne !
Le truc qui me chagrine, c’est que si plutôt qu’une tornade, la famille en question est victime d’une inondation, l’abri sous terrain ne sert à rien, les provisions sont au meilleurs des cas (si stocker dans conteneurs étanches) inaccessible et au pire des cas, tout est foutu.
A l’inverse, une famille se préparant à une inondation, qui finalement, se voit victime d’une tornade et qui aurait stocké ses provisions à l’étage se verra tout perdre si la maison est détruite.

Alors c’est quoi, le « survivalisme idéal », un blockhaus en haut d’une colline ?

Je ne remets pas en cause la pertinence de se former sur les notions de survie, les notions de secourisme, de savoir se défendre, de faire quelques provisions en cas de pépins, etc.
Mais je pense que se préparer à toutes éventualités me semble vraiment difficile.

Si vous voulez approfondir le sujet, de nombreux sites traitent de la question, quelques chaines Youtube comme celle de Vol West ou bien Piero San Giorgio.
Quelques bouquins sont disponibles également dans toutes les bonnes crèmeries 😉

Et vous ? que pensez-vous du sujet ?

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. escandrosso dit :

    Bonjour, nous sommes un couple qui prenons déjà nos précautions, nous constatons et sentons l’appreoche de temps nouveaux, notre solution pour l’instant : vivre en fourgon aménagé afin d’être déplaçables le jour où… apprendre à manger peu, à vivre sans edf et eau courante, sans télé, sans ordi, sans frigo etc.. et à vrai dire c’est possible et.. agréable même ! nous sommes chrétiens de surcroit et Jésus nous montre le chemin d’autant plus clairement : quitter ses biens et le suivre !

  2. SlyD dit :

    Je dispose également d’un fourgon aménagé, mais c’est plus pour partir en vacances que pour y vivre à l’année. Cependant, je trouve cela très appréciable 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *