Fonctionnement d’un sol en France par Claude Bourguignon

Depuis un petit moment, je n’avais pas regardé sur Youtube de vidéo ou Claude Bourguignon nous livre son savoir sur le fonctionnement microbien d’un sol, entre autre.
Je suis tombé sur une vidéo qui m’était encore inconnu et donc, je l’ai visionnée.
Encore une fois, Claude Bourguignon nous démontre par A + B comment fonctionne un sol en France et pourquoi nous avons détruit tout cela.
J’ai voulu de me faire un résumé écrit pour pouvoir intégrer tout ça, c’est plus facile en l’écrivant pour moi, et finalement j’ai décidé de vous le partager ici.
J’espère qu’il ne m’en voudra pas d’avoir passé à l’écrit ses propos.

voici la vidéo en question:

Voici mon résumé écrit:
j’espère ne pas avoir trop fait de fautes…

Fonctionnement d’un sol en France, propos de Claude Bourguignon:

L’arbre c’est le maître des sols, l’arbre est indispensable. l’arbre, tous les ans, fait tomber des feuilles mortes et des branches mortes sur le sol.
Ces feuilles et ces branches vont être attaquées par une faune qu’on appelle faune épigé. cette faune va manger tous ces bouts de bois, toutes ces feuilles et va faire des crottes.
Ces crottes c’est de la matière organique broyée en élément très très fin qui va permettre aux seuls organismes au monde capable d’attaquer la lignine, qui sont les champignons, les basidiomycètes, pour la transformer en humus.
Ce qui est intéressant dans le système vivant, c’est que la fabrication d’humus se fait à la surface du sol, on comprend tout de suite pourquoi le labour est une machine de destruction massive des sols, c’est qu’elle met la matière organique sous le sol, c’est une absurdité, les animaux ils ne vivent pas sous le sol, ils vivent à la surface du sol.

Les arbres, eux, ils vont s’adapter à ce système très astucieux, ils vont faire un double enracinement. Ils ont un enracinement horizontal qui est sous la matière organique. Au printemps, les humus qui ont été formés pendant l’automne et l’hiver par les basidiomycètes vont être minéralisés quand le sol va se réchauffer, par les bactéries.
Les champignons font l’humus, les bactéries minéralisent. En minéralisant elles vont libérer du nitrate, du phosphate qui vont descendre avec l’eau de pluie et qui seront récupérés par les racines horizontales de l’arbre et seront renvoyés dans la frondaison.
Le système sol / plante est fermé dans la nature, il n’y a pas de fuite. C’est pour cela que les nappes phréatiques sont propres sous les arbres, l’arbre a mis ces racines sous la matière organique, la grande bêtise de l’agriculture c’est qu’elle laboure et elle met la matière organique sous les racines, donc le temps que les racines arrivent c’est minéralisé, vous envoyez les nitrates dans les nappes.

Première leçon: ne jamais enfouir de matière organique dans un sol

Ensuite, les arbres ils ont un deuxième système d’enracinement, qu’on appelle le pivot, système pivotant, qui va descendre jusqu’à la roche mère. […]
L’arbre est le seul organisme vivant au monde qui est capable de prendre l’excédent d’eau de pluie, de l’envoyer le long de ses racines (il en profite pour absorber tous les éléments nutritifs) et de l’envoyer dans la nappe phréatique. C’est pour ça que l’arbre est indispensable dans le fonctionnement de cette planète car il est le seul à remplir la nappe phréatique.

A cette profondeur là, la racine de l’arbre est en contact avec le monde minéral, elle va secréter des acides, elle va attaquer le caillou et elle va le transformer en argile. Ce qui est intéressant c’est que le sol est un complexe argilo/humique, c’est que l’humus est fabriqué en surface, grâce au travail des champignons et de la faune épigé, et les argiles sont fabriquées en profondeur par l’attaque des racines des arbres au contact du monde minéral.
A cette profondeur, il y a des racines qui meurent, de nouvelles racines arrivent. Il existe heureusement une faune qui se nourrit de racines mortes, qui nettoie toutes ces racines mortes, qui libére de nouvelles galeries pour les racines suivantes, c’est ce qu’on appelle la faune endogé. On retrouve les mêmes groupes qu’en surface, les collemboles, des acariens, des vers, sauf qu’ils sont petits, aveugles et leur boulot c’est de nettoyer des racines.
Pour vous donner une idée du travail de cette faune endogé, un blé fait 200km de racine, et 5000km de poils absorbants. Nous en mettons 200 au m², c’est 4 milliards de kilomètre de racine. Elles seront mangées par la faune endogé pendant l’hiver, et permettront à l’orge ou au colza qui suivra de s’enraciner.

Alors on voit que l’argile est produit en profondeur, l’humus en surface, une faune épigé qui aère le sol en surface et une faune endogé qui aère le sol en profondeur, mais comment argile et humus se rencontrent ?
Car il faut bien qu’ils se rencontrent pour former le sol.
Ils vont se rencontrer grâce à une 3e faune, que tout le monde connaît, qui sont les vers de terre. Dans les pays tropicaux, se sont les termites qui ont le même rôle.
Les vers qu’est ce qu’ils font ? (c’est les grands lombrics, ce que l’on appelle la faune des Annélides).
Ils habitent des galeries, ils sont pas comme la faune épigé et la faune endogé qui changent d’endroit tout le temps, eux, ils ont des galeries. Toutes les nuits, ils sortent, ils laissent l’arrière de leur corps dans la galerie pour pouvoir entrer dedans si il y a un prédateur, et ils prennent la matière organique, ils l’emmène, ils redescendent, là, ils remontent de l’argile, à chaque demi tour, ils vident leurs intestins pour former une crotte qu’on appelle turricule. Il se trouve que les vers de terre ont dans leur intestin, une glande, qu’on appelle la glande Morren qui est très riche en Calcium.
Donc ils remontent de l’argile, ils mélangent dans leurs intestins de l’argile et de l’humus (il se trouve que les argiles ont négatifs, les humus sont négatif et le calcium contient deux charges positives. Une charge positive attachée à l’argile et une charge positive attachée à l’humus), ils vont fabriquer du complexe argilo /humique, c’est les vers de terre qui fabriquent la terre.
Le premier scientifique qui va s’y intéresser c’est Darwin […].

Alors comment nous avons fait pour tuer nos sols ?
On a violé ces lois fondamentales. Vous pouvez violer les lois humaines, si vous vous faites choper par la police, vous irez en tôle, mais c’est pas très grave pour l’ensemble de l’humanité. Quand on viole les lois universelles, les lois de la biologie, là, c’est très grave. Alors comment on a fait pour tuer les sols ?
On a inventé deux armes de destruction massive des sols : d’abord la charrue […] qui bousille les sols en les retournant, 1er erreur, ils mettent la matière organique au fond. Or il se trouve que tous les champignons du monde sont aérobie, il n’existe pas de champignons anaérobie sur terre[…], donc quand vous mettez de la paille dans le sol, vous ne faites plus d’humus. […]
Deuxième erreur : on apporte les engrais chimiques. Qu’est ce que font les engrais chimiques, ils stimulent les bactéries. Or les bactéries elles sont minéralisatrices, elles ne forment pas d’humus, elle se multiplient 20 fois plus vite que les champignons, donc qu’est ce qui se passe quand vous mettez des engrais chimiques ?
Vous accélérez la minéralisation de la matière organique, quand la matière organique tombe trop bas, la faune disparaît puisqu’elle se nourrit de cette matière organique.
Un pays comme la France, nous sommes passé de 2 tonnes de vers de terre en 1950, à l’hectare, à moins de 100 kilos.

Qu est-ce qui se passe quand il n’y a plus de vers de terre ?
Comme les éléments ne sont plus remontés, ils vont descendre et polluer les nappes et les rivières. Vous rentrez dans ce que l’on appelle, après cette dégradation biologique des sols, la dégradation chimique. La terre va perdre ses éléments nutritifs. […]
Il se trouve que lorsque le taux de matière organique est tombé trop bas, et que vous avez minéralisé des éléments fondamentaux qui attachent argile et humus comme le fer, le calcium, etc, l’argile n’est plus attachée, l’argile s’en va, les rivières se chargent de boues dés qu’il pleut, c’est la dernière mort des sols, c’est la mort physique des sols, votre sol part à la mer.
C’est comme ça que vous ruinez un sol […].

Donc qu’est-ce que ça veut dire pouvoir faire une agriculture durable ?
C’est reconnaître que la propagande des multinationales c’est de la propagande et non de la science, il va falloir remettre de la science dans l’agriculture, or l’agriculture n’a plus de science depuis 50 ans elle n’a plus que de la technique, que des produits chimiques, que des grosses machines, elle fait tourner le business agro-industriel. Cette agriculture n’est pas là pour nourrir les hommes, elle est là pour enrichir l’agro-industrie.
Le problème qu’on a maintenant avec 7 milliards d’individus, c’est qu’il bien falloir se décider à nourrir les hommes. Nous avons 1 milliard d’hommes qui souffrent de la famine.
Donc la révolution verte, c’est un échec total. Le problème c’est que cette société qui est obsédée par le profit, ne veut pas reconnaître ses torts, elle ne veut pas reconnaître que la révolution verte est responsable de la famine d’un milliard de personnes, c’est à dire autant d’habitants qui vivaient en 1860 sur cette planète. […]

L’activité biologique des sols que je mesure, ne cesse de baisser depuis que je la mesure, depuis 1989, elle est en baisse constante. Quand je compare avec les chiffres du début 1900, nous avons perdu à peu près 90 % de notre activité biologique. Et en particuliers, les grands disparus c’est les champignons.
Les champignons ont complètement disparus avec les engrais chimiques, or, c’est eux qui font les humus et depuis qu’il n’y a plus de champignons, les sols vont très très mal. […]
Donc si on veut remettre de la vie dans les sols, il va bien falloir qu’on mette de la science et qu’on arrête d’inventer des modèles artificiels de type révolution verte, de donner le prix Nobel à un mec qui a ruiné 300 millions d’hectares de sol avec sa révolution verte, le but c’est de remettre de la science pour qu’on puisse à nouveau regarder les sols comme ils sont, parce que le grand livre, c’est la nature, c’est pas derrière un ordinateur qu’on découvre le fonctionne d’un sol, c’est en fessant des trous. […]

J’ai encore une fois appris pas mal de choses, de mots, c’est toujours enrichissant d’écouter quelqu’un comme Claude Bourguignon et aussi sa femme Lydia Bourguignon.
Leur site: http://www.lams-21.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.